Connaitre l’avenir ? – Par Rony Akrich (Parashat Vayehi)

by Rony Akrich
0 comment
Connaitre l’avenir ? – Par Rony Akrich (Parashat Vayehi)

La plupart des gens envisagent régulièrement des futurs, modélisent des scénarios et tentent de prévoir, juste pour tout surmonter.
C’est le calcul vacillant que nous utilisons pour éviter le monde, principalement autonome et instinctif mais souvent focalisé et procédural, permis par un cerveau antérieur charnu et la capacité d’anticiper les résultats. Le long de la courbe ascendante de la civilisation, nous avons maintenant intensifié pour évaluer des structures complexes extrêmement grandes dans l’espoir de pouvoir régler, modifier et prédéterminer leurs comportements. Des voies cellulaires aux écosystèmes, des économies aux conditions météorologiques, nous, les humains, semblons obligés d’accroître notre domination sur l’avenir de plus en plus.

La plupart des organisations utilisent différents types de prospective stratégique pour anticiper le changement. Des algorithmes gouvernementaux sophistiqués traitent des volumes de données impossibles pour des simulations basées sur des agents et des analyses de régression, dans l’espoir de prédire la prochaine menace latente pour la liberté. Et pourtant, nous échouons régulièrement à prédire les choses les plus importantes. Les inévitables défaillances divinatoires du futurisme en disent moins sur les méthodologies de la prospective et plus sur notre aspiration tragique à connaître l’inconnu.
Avouons-le: l’avenir ne peut pas être prédit.

Les modèles vont bien, mais le monde réel regorge d’humours et de non-linéarité, frissonnant à travers de vastes écosystèmes qui transforment de jolis tableaux de calcul en bâtons de hockey fous avec le battement d’ailes d’un papillon. Comme les krachs boursiers, les émeutes et les tremblements de terre, les aléas déforment les projections linéaires avec des perturbations soudaines qui défient souvent les prévisions. Comme on dit, le changement est la seule constante.
Depuis des millénaires, nous gérons assez mal les « choses », les systèmes sont des interactions complexes de parties interdépendantes qui donnent lieu à des comportements émergeants et souvent inattendus (« non déterministes »).

Alors comment accepter toute cette complexité et cette non-linéarité ?
La première étape consiste à éliminer tout espoir de ne jamais vraiment prédire les conséquences. La prospective est un exercice de probabilité, pas de prédiction. Croire le contraire est une mise en place de tout échec. La modélisation de scénarios est un outil permettant de cartographier les tendances actuelles en un ensemble de résultats les plus probables.
La prévision centrale devient un phare brillant du présent vers le futur, réfracté à travers ces scénarios possibles. Ce n’est pas la lumière de l’oracle, mais elle montre les futurs possibles sous forme d’ombres distinctes sur le mur de la grotte comme dans l’allégorie de la caverne chez Platon.

Après avoir abandonné l’espoir de la prédiction au profit de la probabilité, le prochain changement cognitif exige que nous acceptions l’incertitude et utilisions des scénarios pour renforcer la résilience et la dextérité. Comme la mise à niveau de vos services publics domestiques, les organisations intelligentes utilisent des scénarios pour guider la répartition des dépenses entre les infrastructures résilientes, les ressources humaines et l’innovation afin de se préparer aux vicissitudes.

Le troisième changement exige que nous apprenions à penser en termes de systèmes plutôt que de parties, que nous pensions au-delà des bords visibles, et que nous nous concentrions autour de la non-linéarité. Si c’est trop difficile, certains voudrons décharger leurs efforts sur les machines. L’informatique à l’échelle du cloud aiderait les modèles à se rapprocher de la réalité, permettrait une meilleure prédiction des résultats probables.
Comme on l’a dit, vous ne pouvez peut-être pas prédire l’avenir, mais vous pouvez le construire.

La meilleure façon de gérer le vaste champ de probabilité est de le réduire à une réalité de votre propre construction. La prospective et le futurisme sont des activités militantes. Bien que nous nous concentrions sur le futurisme en tant que sujet du futur, il s’agit en fait d’une lentille sur le présent, un aperçu de la façon dont nous gérons le temps lui-même et de la façon dont nous hiérarchisons nos actions en fonction d’un certain sens de l’héritage et de l’impact. La prévision stratégique nous met au défi d’agir de manière proactive pour éviter la douleur et capitaliser sur les opportunités. Le futurisme appelle le cœur et l’esprit avec des visions de la façon dont les choses pourraient arriver si notre volonté est assez forte ou trop faible. En période de changement global et de changement de paradigme, toutes les organisations devraient adopter ces outils pour évoluer et s’adapter dans l’environnement dynamique.

Qui parmi nous ne voudrait savoir ce qui adviendra quand…?
Dans notre paracha, Yaakov tente de révéler à ses fils ce qui arrivera à la fin des temps, mais sans grand succès. Malgré sa foi et sa sagesse, la « Présence divine » abandonne le patriarche alors qu’il essaie de dévoiler l’avenir. Pour quelle raison part-elle sans se retourner? Ne pourrait-elle vivre auprès de ses augures?
Pour tenter d’y répondre, il nous faut découvrir les lacunes inhérentes à la connaissance de l’avenir?

Si c’est le cas, nous définissons, alors, une certaine réalité et empêchons tout mouvement vers le changement – vers la vie. Il y a un paradoxe très étrange dans l’existence, c’est précisément la planification de celle-ci qui la rend inanimée. La vie signifie: une certaine capacité à progresser, à changer, et ce ne sera pas le cas si nous connaissions l’avenir (ou le planifions à l’avance). Au contraire, l’incertitude permet à une personne de choisir constamment ce qu’elle doit faire, donne un sens à sa vie au présent, par souci de l’avenir.
La deuxième chose est la continuation de la première, même si nous connaissions l’avenir, cela ne nous profitera pas, car s’il est prometteur, alors pourquoi détruire les surprises, et s’il est mauvais, alors nous souffririons avant qu’il ne soit.

D’une part nous pouvons façonner l’avenir selon nos choix, notre attitude et notre comportement au présent et avoir confiance en nous-mêmes. C’est précisément ce genre de pensée qui affermit notre pouvoir comme êtres souverains et non comme esclaves d’une vie soumise.

D’autre part, si l’avenir est empli de brouillard, l’individu commence lentement à perdre pied et confiance en lui. Quand il n’a plus foi, il n’est plus disposé à se rencontrer et à s’invoquer, à être le partenaire de son présent et de son devenir. La probabilité qu’il retourne à lui-même s’accroît d’autant plus que celui-ci comprend le fait et le geste présent comme le contenu de son futur. Quand vous avez une raison sincère de changer votre ici et votre maintenant, votre futur s’épanouira relativement à ce que vous arboriez avec vous au présent.

Related Videos