JEREMIE 2,2 SOUVENIR D’UN AMOUR D’ANTAN

by Rony Akrich
0 comment

« Jérémie rappelle que, pour l’homme de la Bible, c’est la démarche blasphématoire par excellence. Il réintroduit l’inconnue dans l’équation reliant Dieu à l’homme et, par là-même, en suspend la solution par-dessus les gouffres. La vertigineuse percée provoquée par Jérémie dans l’édifice religieux de son temps vient de là. Tendant à la redécouverte simultanée de Dieu dans les espaces extrêmes et contradictoires du plus éloigné et du plus proche, elle bouleverse les étapes et les stations que l’on avait assignées à Dieu dans les régions intermédiaires ; elle est, à première vue, toute négative, elle arrache, déracine, détruit, démolit (110). Tout disparaît devant elle, tout est ruiné : le Temple, la thora des prêtres, le roi, la nation. Mais c’est pour la reconquérir ailleurs, infiniment en deçà, infiniment au-delà du lieu précis où ces choses et où ces hommes paraissaient stabilisés en Dieu. » […] Andre Neher zal « Jeremie »

Related Videos