Israël et l’occident

by Rony Blog
0 comment


Dans son ouvrage Netivot olam, le Maharal de Prague fait l’éloge des hommes de science, qui ont mis leur sagesse au service de la recherche sur l’immensité de l’œuvre de la Création, programmée et réalisée par l’Eternel. Au même chapitre, il mentionne ce qu’étaient alors les balbutiements des nations dans ce domaine, et il évoque, sans mentionner son nom, les recherches de Galilée.
Le Rav Kook disait lors de la cérémonie d’inauguration de l’université hébraïque de Yérouchalayim : « la science a une immense valeur, en particulier pour le peuple juif renaissant sur sa terre après un long exil: « Il faut que le peuple juif apprenne, sur sa terre, à découvrir les sciences, car elles lui seront indispensables dans son processus de renaissance nationale. Il nous faut intégrer ce grand savoir, mais également dispenser aux autres nations notre propre sagesse, nos vertus et ces idéaux dont nous sommes les dépositaires en tant que disciples de Moché, et que nous devons répandre au sein de l’humanité entière. Et il nous faut bien prendre soin que ce ne soit pas l’inverse qui se produise. »
Bien évidemment, «science sans conscience n’est que ruine de l’âme» ! Les hommes de sciences doivent être éclairés des Sages et des y akrich
hommes d’esprit, afin que leurs découvertes et les techniques qui en découlent soient utilisées à bon escient. Car, en fin de compte, même la science peut être mise au profit du mal.  
Le second domaine particulier de la culture occidentale est déjà plus délicat que le précédent, car il touche l’univers de la pensée, de la philosophie et des différentes conceptions du monde. Maïmonide a finement analysé l’enseignement d’Aristote, et a su distinguer entre les éléments néfastes et les éléments positifs de sa philosophie. Ainsi, Aristote rejette-t-il l’idée de la Création du monde, de la providence et de la révélation, ce qui était bien sûr inacceptable pour Maïmonide. Ce grand Sage a cependant eu le courage de trier l’ivraie du bon grain afin d’intégrer dans son Guide des Egarés certaines idées brillantes, exprimées dans la philosophie du grec.
La culture occidentale va trop loin dans sa recherche du plaisir qu’elle divinise, laissant ainsi libre cours aux instincts inférieurs de l’homme, qui peut en être réduit à atteindre le degré d’avilissement le plus bas. Une culture qui nous inonde d’images de violence et de débauche, qui nous donne en exemple les êtres les plus infâmes, qui nous fait l’apologie des plus machiavéliques individus, qui nous suggère toutes sortes de voluptés totalement opposées à la morale la plus élémentaire et à la sagesse la plus primaire. C’est bien à ce dilemme qu’est aujourd’hui confronté le peuple juif, autant en diaspora qu’en Israël.
C’est pourquoi nous nous devons de créer une culture hébraïque des loisirs qui puisse représenter pour le peuple juif une alternative aussi saine que sainte. Nous devons pallier au profond vide que véhicule la culture occidentale, en diffusant la richesse de notre message spirituel, afin que la culture retrouve ses lettres de noblesse, et contribue à l’édification morale et spirituelle de la personnalité humaine.
www.ronyakrich.com
www.ronyakrich.com/blog
 

Related Videos