Le devoir-être et non l'être par Rony Akrich

by Rony Blog
0 comment

etre-humain-au-coeur-du-reiki

J’aurais vous entretenir de cet Homme, car c’est bien lui, toujours lui et seulement lui qui se trouve au centre de tous nos évènements. Celui qui condamnesans cesse les hommes au nom de l’homme idéal et seais pu venir et vous parler de l’élection des nouveaux grands rabbins, des nouvelles négociations de paix, des tragédies et des drames dans notre société, enfin d’actualité! Je préfère  répand en jugements moraux, n’aime pas les êtres humains tels qu’ils sont, parcequ’il ne les comprend pas. Il a mis le devoir-être à la place de l’être

Mais cette exigence tyrannique repose sur une erreur. L’erreur de mesurer l’être à l’aune du devoir-être. Mieux on comprend une personne et moins on se permet de la juger. Une mère qui aime son enfant ne le juge pas. Elle l’accueille pour lui donner un nouvel élan et l’élan de l’amour fait d’avantage pour réparer et construire que les critiques acerbes. L’amour ne prononce pas de jugement et ne montre pas du doigt une faute. C’est l’intellect coupant qui pointe du doigt le reproche et plante le jugement moral. Ce n’est pas le cœur qui comprend et éclaire.

De manière allégorique, nos Sages nous narrent comment l’âme humaine demeure déjà dans ce qui n’est encore que le fœtus de l’être humain: «Dans le ventre de sa mère, l’enfant connaît toute la Torah. Peu après sa naissance, un ange le frappe sur la bouche, et lui fait oublier tout cet enseignement». Dès sa naissance, dès les soubresauts de sa délivrance, le nouveau-né est désigné comme soldat de la résistance contre ses tendances néfastes qui l’éloignent de son âme et de sa spiritualité. Le rendez-vous entre l’âme vivante, divine de ce nouvel homme et sa propre dimension matérielle ne peut qu’entrainer une opposition certaine. L’âme n’aspire qu’à l’épreuve d’elle-même, la plus éminente et la plus exhaustive.

Son but ne se trouve dans aucun temps, ni dans aucun lieu, il est totalement dans l’ici et dans le maintenant, dans la pure croissance de soi-même. Une existence à formuler ce qu’elle est et à se reconnaître dans un parfait apprentissage de soi. Le but de l’existence est la vie elle-même infiniment offerte à elle-même dans une étreinte qui n’a ni début ni limite. Du point de vue de l’âme, il n’y a rien à faire, tout ce qui importe, c’est d’être. L’âme ne se préoccupe que bien peu de la célébration du corps ou du panache des tableaux de l’intellect. Le cœur est le pont entre l’esprit et l’âme et c’est le cœur qui s’essaye lui-même comme intuition et sentiment de Soi. L’âme ne recherche point la science, mais plutôt l’être sensible. La connaissance est concept, le sentiment est pure expérience, ce que l’âme sonde, c’est le ressenti sincère et patent, c’est se connaître elle-même certes, mais à travers sa propre expérience. L’affect le plus élevé que la vie ressent pour elle-même est l’amour, et c’est aussi l’exercice de la conscience d’unité avec tout ce qui est, le bien souverain.

En cela seulement le sentiment d’amour est parfait. De même que dans le blanc toutes les couleurs sont présentes, dans son unité, l’âme enrobe tous les affects humains. Du contenu de la Torah, le verbe divin nous conduit au cœur de ce dédale qu’est la réalité du Monde ici-bas. Se saisissant alors dans son visage le plus spirituel, l’homme sera comparable à un ange d’apparence humaine!

C’est alors et seulement alors que nous aurons gagné le combat et soumis la matière. L’homme serait plus heureux s’il poursuivait les chemins de l’harmonie parfaite, là où l’entendement divin voudrait que nous aspirions davantage par idéal que par égoïsme. Le temps est venu, sans nul doute, de nous consacrer à « l’Imitatio Dei », à réaliser un rêve, être et devenir soudés aux attributs de l’Eternel, de sincérité de générosité et d’altruisme. Face à un monde de félicité, d’aucun ne se tourmenterait de savoir pourquoi l’homme fut créé.

La souffrance physique et morale devenues tout ou partie inévitables de l’existence humaine, entrainent celui-ci à s’interroger sur le réel besoin de sa création.Pourquoi ne pas créer d’emblée une société impeccable sans mal ni souffrance ? Le monde de vérité exigé par D.ieu recèle toutes les opportunités d’excellence au vu et su de la réalité. Nous devons parfaire ce mouvement de perfectionnement de l’œuvre engagée, en y contribuant personnellement dans notre quotidien et dans une concordance avec la volonté divine.

Le mal et le désordre existent dans le monde de réalité quand il s’est éloigné du monde de vérité. Le Créateur nous a offert toutes les solutions et ce, afin de nous pourvoir du courage de rejoindre la vérité tout en luttant contre le mal et la confusion qui régissent ce monde de la réalité. À la faveur de nos efforts, l’Humanité accédera pas à pas à sa perfection maximale, nous avons reçu le plus grand de ses attributs: celui de pouvoir enrichir la création en y apportant notre touche singulière, celui de lui faire atteindre l’idéal absolu grâce à l’effort de l’homme.

 

 

Related Videos