Le fruit de notre amour

by Rony Blog
0 comment

« Je n’arrive guère à comprendre les écrits bibliques » déclara Mark Twain à son ami, « ces textes nous affirment que des millions d’enfants d’Israël résidèrent là, ils cultivèrent et développèrent cette terre.
Ils furent souverains et proliférèrent, alors que maintenant…tout est empli de marécages et de malaria, un pays ravagé et désertique.

Nous avons marche durant plusieurs heures et n’avons rencontré âme qui vive, c’est comme si tout était maudit, ensorcelé. Nulle floraison, nulle frondaison elle parait détruite et solitaire. »

Ces propos sont tenus par l’un des plus célèbres auteurs anglais de cette époque lors d’une visite en terre sainte, nous sommes en 1867.
Il aurait été intéressant de connaître la réaction du personnage, ne serait ce qu’une centaine d’années plus tard !
Vingt siècles ont passé depuis la destruction du second temple, les juifs rescapés furent dispersés aux quatre coins du globe, nul peuple ne réussit, pourtant, à s’implanter, ni même à rafraîchir le sol.
Ils vinrent par myriades tentant de conquérir la terre promise, ils s’appelaient romains, byzantins, arabes, chrétiens, mongols et ottomans…
Tous dominèrent Eretz Israël puis la délaissèrent comme province lointaine de l’immense empire, sans aucun intérêt politique ni désir de restauration.
En fait c’est la terre qui les délaissa, elle ne réagit aucunement, elle désola et lassa nos ennemis ainsi que cela nous fut promis par l’Éternel, D’… d’Israël.
La séparation nous pesa et fut difficile à supporter, mais la douleur fut de tout temps atténuée par cette certitude des retrouvailles et l’assurance de pouvoir, un jour, jouir de nouveau des fruits de notre amour.
Mais les voici!
Les enfants reviennent peu à peu, puis de plus en plus nombreux, ils n’ont point oublié, la nostalgie est restée intacte.
Regarde! Ce sont les disciples du Baal Shem Tov, les élèves du Gaon de Vilna, suivant en cela le juste enseignement de leurs maitres.
Il leur faudra faire des efforts incommensurables pour asseoir leur présence dans les quatre villes saintes de Palestine et en premier lieu à Jérusalem.
Une autre maison, un autre quartier, une autre pierre pour rebâtir, reconstruire la « Jérusalem d’en bas » et mettre en branle la rédemption d’Israël.
Une jeunesse révolutionnaire venue de Russie et sortie tout droit du cocon familial va réussir à redonner vie à cette terre désolée, là où des mains expérimentées, comme celles des paysans arabes, rencontrèrent l’impossible.
Leur secret, un amour unique pour une terre incomparable, un esprit visionnaire et une déclaration d’intention sans ambiguïté aucune : « Nous sommes venus construire et nous bâtir car cette terre est a nous! »
Oui, elle les attendait, elle espérait le retour de ses enfants dans leur frontière, pour mieux les enlacer,  mieux les serrer contre son sein maternel, elle avait tout gardé pour ce jour tant attendu.
Elle leur donna le meilleur de ses fruits, ils bâtirent et plantèrent encore et toujours, le pays s’éclaira et resplendit des multiples couleurs de la palette du Créateur.
Tu avais raison Rabbi Aba, il n’y a pas de signe plus évident du début de la délivrance qu’en ce jour où il nous est enfin donné la jouissance des fruits de notre amour incessant.
Rony Akrich
http://www.ronyakrich.com

Related Videos