Peuple d'Israël et Pays d'Israël, prévus ensemble dans le plan du Créateur, ont aussi mérité le choix que Dieu a fait d'eux

by Rony Blog
0 comment


Mais pour vivre la Tora pleinement, pour appliquer les mitsvot complètement, Israël a besoin d’un endroit propice. Dieu l’a prévu, Il l’a préétabli. Il l’a prévu, comme Israël, bien enraciné dans le monde terrestre; Il l’a préétabli, comme Israël, bien ancré dans le monde supra-terrestre. Ce lieu s’appelle Erets-Israël, Terre d’Israël.
Israël et Erets-Israël concordent ensemble dans le plan de Dieu. « Le Saint, béni soit-Il, dit à Moïse : le Pays M’est cher et Israël M’est cher: Je ferai entrer Israël que J’aime dans le Pays que J’aime: l’un va bien avec l’autre. »
Cependant, ensemble, Israël et Erets-Israël ont aussi mérité le choix que Dieu a fait d’eux. « Dieu a scruté toutes les nations, et Il n’a trouvé digne de recevoir la Tora que la génération du désert; Dieu a parcouru tous les pays, et Il n’a trouvé digne d’être donné à Israël que le pays d’Israël. »          •
Comme avant de choisir Israël, Dieu, en choisissant Erets-Israël, proclame que toute la terre et ce qu’elle contient sont à Lui. En choisissant Israël et Erets-Israël, Dieu montre non seulement qu’Il est en droit de disposer de ce monde, qui est à Lui, comme « il Lui paraît juste », mais surtout qu’Il s’intéresse à ce monde, aux peuples qui l’habitent et aux pays qui le constituent: Il les « cherche » dans leur intérêt. En « gardant » Israël et Erets-Israël, Dieu montre, par leur truchement, à tous les peuples et à tous les pays qu’Il les garde tous avec le Peuple et le Pays de Son choix : Il leur procure à tous Sa bénédiction par l’intermédiaire de ces derniers.
Les quatre facteurs, Dieu, Tora, Israël et Erets-Israël, que la Tradition nous présente ensemble, se rencontrent nécessairement lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre le plan de Dieu: faire vivre la Tora par les hommes, faire appliquer les mitsvot par les hommes, sur la terre, et préparer de la sorte l’instauration du Royaume de Dieu dans ce monde.
Ces quatre facteurs se rencontrent dans le même but: réaliser l’intention qui a présidé à la création du monde, y faire régner la volonté de Dieu; ils se rencontrent, mais ne collaborent pas toujours obligatoirement, simultanément. Car la providence divine qui se découvre aux hommes fait néanmoins place à la liberté humaine pour qu’elle se manifeste; et la grâce divine qui se révèle aux hommes attend les mérites humains pour que ceux-ci émergent à la lumière. (La génération du désert a mérité aux yeux de Dieu de recevoir la Tora, mais non pas d’entrer en Terre promise!).
 Israël est l’homme et le peuple par excellence.
Israël « est appelé homme», car il est le principe vital de l’homme; Israël est appelé peuple, car il est « le cœur des nations », selon la désignation du Zohar et de Rabbi Yehouda Halevi (XIIe siècle).
Israël a paru dans la pensée « du Créateur avant qu’Il créât le monde». Il semble donc « naturel» qu’Israël, « principe du monde», « personnalité» et conscience du monde, reçoive Erets ­Israël, terre par excellence, en don de Dieu.
Erets-Israël est appelée erets, terre, tout court, car elle fut conçue tout d’abord par le Créateur de la terre, qui a voulu que « d’elle » jaillisse tout le reste de la terre, qui a assis sur elle toute la terre, et qui en a fait « le nombril du monde », son « principe vital », sa « source de vie ». C’est pourquoi Erets-Israël demeure, depuis sa constitution en tant que Pays d’Israël, « au milieu de la terre », au « centre» des préoccupations spirituelles de toute l’humanité.
Israël et Erets-Israël, réunis, élaborent ensemble une manière de vivre la Tora et d’appliquer les mitsvot dont sont appelés à bénéficier tous les autres hommes et tous les autres peuples de la terre.
Hommes, sociétés et États sont invités à se rapprocher d’Israël et d’Erets-Israël pour s’y découvrir eux-mêmes, en ce qu’ils ont encore de spirituel, pour s’y retrouver, en ce qu’ils ont encore de divin, et pour revaloriser, pour libérer, ces éléments saints, originels, qu’ils ont dénaturés et étouffés en eux-mêmes. Hommes et peuples sont conviés à discerner en Israël et en Erets-Israël leur propre être dans son authenticité. Car Israël est, selon l’expression du Maharal, Rabbi Yehouda Low de Prague (XVIe siècle), HaAdam ChéBeAdam, «l’homme dans l’homme» – Israël est l’Adam, est « l’Homme » Bo Mekeoupal Kol HaAdam, celui « en qui est enfermé tout l’homme », en qui est enfermé tout homme; en qui se trouve cachée « la racine » de tout peuple, ajoutera Rabbi Yahouda Arié Leib de Gour (XIXe siècle) ; et erets-Israël, que les sages d’Israël appellent Tével, « le monde » tout court, Metoubelet BaKol « est assaisonné de tout » ce qui se trouve dans le monde.
Sous l’influence de la Tora qu’ils viennent chercher chez Israël en erets·israel, car elle en est issue, dans sa plénitude vécue et accomplie, les hommes et les peuples font sortir leur propre âme de la prison où ils l’ont enfermée, et la mettent en relation avec leur source divine.
Israel dans le temps et dans l’espace (A. Safran)
 

Related Videos