Repentir et délivrance / shana tova

by Rony Blog
0 comment


« Guéoula » et « Techouva » : ce diptyque a fait naître, au cœur même de la pensée juive, une profonde controverse qui n’est pas seulement théorique: n’est-elle pas en étroit rapport avec le décryptage et la grille de compréhension de toute notre époque?
Est-ce la Techouva – le « Repentir » – qui précèdera la Guéoula – la « Rédemption » – ou bien le contraire?
Avons-nous d’abord à retourner vers Dieu afin de rectifier nos voies, pour qu’ait ensuite lieu la rédemption du peuple d’Israël qui reviendra à Sion et ressuscitera sur sa terre? Ou bien, au contraire, l’Eternel ramènerait-il d’abord son peuple vers la terre d’Israël, ce retour historique et géographique permettant ensuite à ce peuple de se repentir pleinement?
Cette difficile question peut être éclaircie en analysant de près le chapitre XXX du Deutéronome où de terribles réprimandes, menaces et punitions sont susceptibles d’atteindre le peuple juif s’il ne respecte pas les commandements divins. Ce passage biblique élucide en effet le rapport existant entre le repentir et la delivrance.
Or, parmi ces châtiments, le plus insoutenable est évidemment l’exil et la Tora nous parle là non pas de la Techouva de l’individu, mais de celle du peuple.
Ce n’est pas une succession habituelle « faute-punition-repentir délivrance » qu’on y trouve, mais un ordre tout autre, dont le leitmotiv est le mot Chouv (« faire retour ») et qui met en évidence un mouvement réciproque du peuple d’Israël vers Dieu, et de Dieu vers Israël.
La Techouva n’est pas un saut subit des profondeurs du péché jusqu’au sommet de la pureté spirituelle, mais plutôt un long processus qu’il faut étudier en détail.
Au tout début il s’agit d’une Techouva d’ampleur assez faible, car au milieu de l’exil nous sommes tellement amoindris qu’il nous est impossible de nous repentir complètement. Il nous faut au moins manifester de la bonne volonté, bien que nos actes ne soient pas encore en mesure d’être amendés. Malgré le joug de l’exil, c’est là une tentative de faire les choses de tout son cœur.
Nos sages affirment qu’a une faible initiative d’ici-bas répond toujours une puissante initiative d’en-haut; Dieu rassemblera alors son peuple des quatre coins de la terre. Plus loin nous retrouvons le célèbre thème de la « circoncision du cœur », ce retour à Dieu n’est pas encore parfait, il s’agit peu ou proue d’une nouvelle dimension, d’une nouvelle personnalité: d’un « cœur nouveau ».
Ainsi la dynamique de la Guéoula se renforce, ce n’est pas seulement du retour physique en Eretz Israël dont il s’agit, mais d’une intervention divine se traduisant au travers la réaction de défense du peuple juif frappant les ennemis qui l’assaillent. Voilà donc qu’après la suppression de l’asservissement d’Israël aux nations, la Techouva se réveille dans le cœur du peuple, une progression seulement possible en terres sainte!
Il ne s’agit pas seulement d’un éveil du cœur, mais déjà d’un profond respect des commandements divins : « et tu accompliras tous les commandements que Je te prescris aujourd’hui « .
Avec le verset 9, nous en arrivons à une plénitude dans tous les domaines de la vie quotidienne (agriculture, économie etc.…), le peuple vivant désormais en pleine harmonie sur sa terre. Et c’est alors seulement, au verset 10, que « tu reviendras à Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme »: définition explicite de la Techouva pleine et entière par l’accomplissement de toutes les mitsvot se faisant par seul amour de Dieu pour un peuple avide de bonnes conjugaisons.  
 

Related Videos