EPIDEMIE – Rony Akrich

by Rony Akrich
0 comment
EPIDEMIE – Rony Akrich

L’ironie centrale de « La Peste » réside dans le traitement que Camus fait de la «liberté».
Les citoyens d’Oran deviennent prisonniers de la peste lorsque leur ville tombe en quarantaine totale, mais on peut se demander s’ils étaient vraiment « libres » avant l’épidémie. Leur vie était strictement régentée par un asservissement inconscient de leurs habitudes. De plus, on peut se demander s’ils étaient vraiment vivants. Ce n’est que lorsqu’ils se sont séparés de leurs amis, parents et familles, par un isolement forcé, qu’ils les ont aimés plus intensément. Avant, ils tenaient simplement leurs proches pour acquis.
La philosophie de Camus est un amalgame d’existentialisme et d’humanisme. Athée, Camus ne croyait pas que la mort, la souffrance et l’existence humaine avaient une signification morale ou rationnelle intrinsèque.
Parce qu’il ne croyait pas en Dieu, ou à une vie après la mort, Camus a soutenu que les êtres humains, en tant que mortels, vivent sous une peine de mort inexplicable, irrationnelle, complètement absurde. Néanmoins, il croyait que les gens étaient capables de donner un sens à leur vie. L’action la plus significative, dans le contexte de la philosophie de Camus, est de choisir de lutter contre la mort et la souffrance.
Au tout début de l’épidémie, les citoyens d’Oran sont indifférents aux souffrances des uns et des autres, car chacun est égoïstement convaincu que sa douleur est unique par rapport à l’affliction « commune ». Mais l’épidémie perdure pendant des mois, et de nombreux citoyens d’Oran s’élèvent au-dessus d’eux-mêmes en se joignant à l’effort anti-peste. La reconnaissance de la peste comme une préoccupation collective leur permet de briser le fossé d’aliénation qui a caractérisé leur existence.
Ainsi, ils donnent un sens à leur vie car ils ont choisi de se rebeller contre la mort.
Fuir la ville, ou éviter autrement l’effort anti-peste, équivaut à s’abandonner à la peine de mort absurde sous laquelle tout être humain vit.
De même que toute rébellion contre la mort et la souffrance est finalement vaine. Les efforts anti-peste semblent signifier une légère différence face aux progrès incessants de l’épidémie.
Toutefois, le roman de Camus déclare que cette rébellion est une lutte noble et significative même si cela signifie faire face à une défaite sans fin. De cette façon, la peste est imprégnée de la croyance de Camus en la valeur de l’optimisme en période de désespoir. Tous ceux qui choisissent de lutter contre l’épidémie, de se rebeller contre la mort, savent que leurs efforts augmentent leurs chances de contracter la peste, mais ils se rendent également compte qu’ils pourraient en être atteints de la même façon s’ils ne faisaient rien du tout. Face à un choix apparemment dénué de sens, entre la mort et la mort, le fait de choisir d’agir et de se battre pour eux-mêmes et leur communauté devient encore plus significatif; c’est une note de défi lancée contre le vent, mais cette note est la seule chose par laquelle quelqu’un peut se définir.
Aujourd’hui, je pense que La Peste continue de nous raconter l’histoire à travers un autre type de peste: celle d’un marché-capitaliste exacerbé et dévastateur, un hyper-matérialisme. Notre société est absurde, et le roman de Camus examine – entre autres choses, et pour toute sa moralisation – notre relation à l’absurdité de l’existence moderne. Il peut très bien décrire la peste dans une société qui fait briller son éclat magique et son reflet clinquant sur un monde de pauvres afin que ces millions de personnes viennent, à bord de navires tombeaux ou à travers des déserts meurtriers, à la recherche de ses vaines promesses. Elle détruit même la constante par rapport à laquelle Camus a évalué la mortalité humaine: la nature.
La divergence entre le pouvoir, la beauté de la nature et la désolation de la condition humaine étaient essentielles à l’isolement existentiel de l’auteur. Dès l’enfance, il a aimé la mer et les déserts, et a vu la mortalité de l’homme à la lumière de leur immensité indifférente.
Mais pourquoi « La Peste » nous parle-t-elle si fort maintenant?
Chaque bêlement des politiciens fait écho à ceux qui étaient en fonction lors de la peste fictive de Camus à Oran: « Il n’y a pas de rats dans le bâtiment », insiste le concierge alors qu’ils meurent autour de lui. Les journaux rassemblent la population avec des nouvelles que la peste est sous contrôle alors qu’elle ne l’est pas.
Camus nous offre un moyen d’abandonner notre quête inutile de «l’unité» avec nous-mêmes, mais de continuer néanmoins à nous battre:
Pour une justice morale mieux définie, même si nous avons cessé de pouvoir la définir.
A la conclusion de La Peste, Rieux, le médecin et héros du livre, regarde les familles et les amoureux se réunir lorsque les portes d’Oran sont enfin ouvertes. Il se demande, à la suite de tant de souffrances et de luttes inutiles, s’il peut y avoir tranquillité d’esprit ou épanouissement sans espoir, et conclut que oui, peut-être, pour ceux «qui savaient maintenant que s’il y a une chose à laquelle on peut toujours aspirer, et parfois atteindre, c’est l’amour humain ».
Le roman révèle les problèmes de mobilisation des personnes dans des situations critiques, la volonté de vivre et de lutter contre le mal commun, le problème d’un ennemi éternel, absurde et invincible. L’image de la peste est une image généralisée de toutes ces choses terribles avec lesquelles l’Humanité lutte depuis toujours. Il s’agit de la cruauté injustifiée de la guerre, qui détruit de nombreuses vies non impliquées dans ses débuts et son objectif principal, des maladies impitoyables indifférentes à l’âge et à la moralité.
L’essentiel du pathos et de l’absurde est qu’après avoir vaincu le mal, au moins temporairement, les peuples se réjouissent et exultent.
Au fil du temps, lorsque les souvenirs les plus terribles s’estompent dans la mémoire, tout recommence comme si de rien n’était. Cette nature cyclique est caractéristique de la société humaine et il est très important de briser ce cercle vicieux.

Related Videos