une femme comme avenir des hommes

by Rony Blog
0 comment

 
Les Hébreux sont installés en Palestine. Ils sont menacés de l’intérieur et de l’extérieur. Alors, ils se donnent des chefs, les juges, pour les gouverner. Au rang de ces juges, une femme, Déborah, sait, à l’occasion, se montrer chef de guerre (vers 1130 avant avant l’ère vulgaire).
 Déborah exerce un impressionnant leadership politique et religieux, alors que le peuple d’Israël est déjà arrivé à la Terre promise. Déborah est la quatrième juge de cette lignée qui n’est pas héréditaire. Elle sera d’ailleurs la seule femme de l’histoire biblique à devenir juge.
On venait régulièrement consulter Déborah sous un palmier pour lui présenter ses problèmes et demander justice. Sa fonction de juge avait quelque chose de sacré puisque comme les prêtres, Déborah rappelait la Loi et le Droit.
En plus d’être la seule femme juge, Déborah est aussi la seule juge prophétesse. Elle agit sous l’inspiration de Dieu. Quand elle convoque le commandant Barak pour qu’il dirige une armée contre les puissants ennemis cananéens, c’est au nom de Diu. Barak refuse à moins que Déborah ne l’accompagne, ce qu’elle fera. Elle lui prédit alors que c’est par une femme que s’accomplira la victoire.
Déborah, sans cesse en activité comme une abeille, exerce le pouvoir comme les Juges en Israël avant la royauté de David. C’est dire qu’elle gouverne, rend la justice, à charge de la défense en plus de sa fonction prophétique. Déborah est une femme engagée politique ! Elle porte bien son nom et se montre capable de piquer au vif Barak, dont le nom signifie « éclair » – mais qui n’est pas une flèche ! – afin qu’il rassemble une armée capable d’affronter les troupes du général Sisera.
Barak a peur, ou peut-être est-il convaincu que Dieu assiste Déborah ? Toujours est-il qu’il la souhaite à ses côtés. Déborah prend alors avec lui la tête de la troupe, mais elle le prévient que la victoire sera obtenue par une femme. C’est Yaël, l’épouse d’un étranger – le fait n’est pas banal – qui parvient par ruse à supprimer le chef de l’armée adverse.
Le cantique de Déborah célèbre ainsi l’exploit de Yaël : «Bénie soit parmi les femmes, Yaël, femme de Héber le Qénite» (Jg 5,24). De même il sera dit de Judith : «Bénie sois-tu, ma fille, par le Dieu Très Haut, plus que toutes les femmes qui sont sur la terre».
La figure de Déborah permet d’évoquer ces femmes qui prennent des responsabilités, s’engagent dans le combat politique et forcent l’admiration par la vérité de leur parole.
 La Bible fournit quelques excellents modèles de femmes de foi, tout comme certains exemples à éviter. Certains d’entre eux concernent la relation personnelle d’une femme avec Dieu, et d’autres concernent un rôle plus public, incluant le leadership.  Retenons ce qui suit :
· En tant que prophétesse, Déborah annonça la parole de Dieu, en donnant un message autoritaire à Barak. La prophétesse Hulda transmis au roi un message autoritaire basé sur les Ecritures. Ces femmes avaient une autorité spirituelle.
· Déborah écrivit un chant de louange et l’entonna en public ; plus tard, les femmes furent impliquées dans la musique au temple.
· En tant que juge, Déborah avait une autorité civile ; Esther aussi avait autorité sur les Juifs.
· L’autorité de ces femmes venait de Dieu, et la Bible ne sous-entend pas qu’il était anormal qu’une femme exerçât ces rôles, même s’il n’était pas courant pour des femmes de devoir les assumer.

Related Videos